Wind of Blue Lakes

Wind of Blue Lakes

Chien de Montagne des Pyrenees

Reproduction

Reproduction

Le chien mâle est pubère vers l’âge de 7 à 10 mois selon la race à laquelle il appartient : les petites races se révèlent plus précoces que celles de format moyen et à fortiori, que les races de grande taille. Des extrêmes sont signalés comme 6 mois et 3 ans.

 

Chez la femelle, les premières chaleurs correspondent à la maturité sexuelle ou puberté, laquelle survient entre 6 et 12 mois. La chienne a deux cycles oestraux par an. Le moment d’apparition de l’œstrus semble indépendant des saisons avec une fréquence plus grande en automne et au printemps. La période durant laquelle la chienne manifeste des « chaleurs » dure environs trois semaines. Le pro-œstrus correspond à la première moitié des chaleurs. Durant cette période la chienne, bien qu’attirant les mâles, refuse la saillie. Les maîtres peuvent observer le gonflement de la vulve ainsi que des pertes de sang. Pendant la seconde moitié, on assiste à l’œstrus. La chienne est nerveuse et accepte la saillie. Du 10e au 12e jour, c’est la période de la plus grande probabilité d’acceptation de la saillie. L’ovulation se produit vers le 11-12e jour. Elle est spontanée et provoquée par une décharge de l’hormone hypophysaire lutéinisante ou LH. Cependant certaines chiennes sont fécondées après 2 semaines de chaleurs, voire plus. Les spermatozoïdes du chien sont très résistants et la fécondation peut-être effective chez une chienne saillie à la fin du pro-œstrus. L’ovulation est toujours multiple chez la chienne. Si plusieurs accouplements ont lieu, les chiots peuvent être de pères différents. Les chaleurs chez la chienne sont particulièrement longues : leur durée est de 2 à 3 semaines en moyenne.

 

Quand elles se terminent, le cycle se poursuit par une phase dite de métoestrus. Le métoestrus dure environ 4 mois. Parfois une pseudo-gestation est constatée avec modification du caractère, montée de lait, etc. L’anœstrus fait suite et correspond à une période de repos. Sa durée est de 1 à 2 mois. La durée moyenne d’un cycle est de 6 mois (elle peut atteindre 10 ou 12 mois sans être pour autant pathologique). La chienne sera donc deux fois par an en chaleur.

Le mâle sent une femelle en chaleur par l’odeur de son urine. Elle contient des métabolites des œstrogènes. Quant à la femelle, pendant l’œstrus elle recherche activement le mâle. Lors de leurs rencontres, on constate surtout une exploration olfactive réciproque. Des attitudes d’invitation aux jeux sont souvent notées. Si la chienne est en proestrus, elle ne s’immobilise pas assez longtemps. Elle bouge, se détourne, se couche, se relève, s’assied et la saillie ne peut pas avoir lieu. En revanche, au cours de l’œstrus, la chienne s’immobilise et la saillie est possible. Un mâle effectue plus facilement la saillie dans un environnement qu’il connaît bien et imprégné de son odeur. C’est pourquoi l’usage veut que ce soit la femelle qui se déplace. Un mâle dominé ou une femelle dominée ne peuvent pas se reproduire devant un membre dominant. Les maîtres dominants ne doivent en aucuns cas assister à l’accouplement de leurs chiens ou de leurs chiennes.

 

On peut empêcher l’apparition des chaleurs par l’utilisation de contraceptifs hormonaux qui permettront une suppression temporaire du cycle. La contraception peut être pratiquée soit par voie orale, soit par voie injectable. Dans tous les cas, ces produits doivent être administrés pendant le repos sexuel, c’est-à-dire l’anoestrus, soit un à deux mois avant la date présume des chaleurs à supprimer. La contraception n’est pas dépourvue d’effets secondaires et peut favoriser entre autres la survenue d’infections utérines. Si la chienne n’est pas destinée à la reproduction, il vaut mieux adopter la solution définitive, soit la stérilisation chirurgicale en pratiquent une ovariectomie. Cette intervention supprime les ovaires et donc la chienne n’aura plus de cycle sexuel. Il est conseillé de la pratiquer avant la puberté, ce qui évitera les risques de pathologie génitale et mammaire.